Bonjour !

Je voudrais vous parler de ce que j’ai fait la semaine dernière.

Avec la seule autre Canadienne à l’Université de Caen, j’ai pris un bus régional qui est allé au Centre Juno Beach, à peu près d’une heure nord de Caen. Quand j’ai appris que je vais étudier à Caen, je savais que je devrais aller à ce musée. J’ai déjà rendu une visite à la plage Omaha, où les Américaines ont débarqué pendant la Deuxième Guerre mondiale.

C’était bizarre que le soleil brille si fort en Normandie, donc quand nous sommes arriveés aux plages Juno, le temps était plus normal, avec peu de soleil et beaucoup des nuages.

Kelsie et moi avons déjeuné à un petit restaurant à côté de la mer, mais nous avons mangé de vrais hamburgers, pas des fruits de mer ! Au restaurant à notre université, les burgers sont très différents, sans les petits pains et saignants.

Nous sommes entrées dans musée, prêtes d’apprendre le trajet des soldats canadiens. Au début, il y avait un petit sale qui ressemblait un navire de débarquement. Les trois écrans qui entourent la salle montrent les vidéos du voyage des soldats. C’était une bonne introduction du musée.

Les salles qui suivent étaient pleines de l’information, les articles, les artefacts, et vidéos. Kelsie et moi avons voulu prendre une tournée des plages. Après avoir passé du temps avec l’exposition temporaire, nous avons quitté le musée pour joindre la tournée.

Les patins d'un soldat pendant la guerre.

Les patins d’un soldat pendant la guerre.

Une carte de Noël

Une carte de Noël

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les autres personnes qui ont pris la même tournée étaient canadiennes, sauf un homme brittonique qui est un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale. Il a 90 ans, et était un canonnier responsable d’attaquer les avions ennemis pendant le débarquement de J-Jour (le nom français pour “D-Day”). Il était humble et gentil. C’était un honneur de le rencontrer et le remercier pour son service.

Pendant la tournée de la plage, le guide nous a apporté dans le premier bunker qui les Allemands ont commandé les habitants français de construire. Tous les bunkers ont été connectés par les tunnels souterrains, mais aujourd’hui leurs connexions sont bloquées à cause des bombardements pendant J-Jour et les jours après. Notre guide a remarqué que le sabotage existe dans la construction de ces bunkers. Les “cinder blocks” ont été placés dans le mauvais sens, avec les trous tournés vers l’extérieur. Cette construction était plus faible, une petite rébellion par les Français.

Nous avons continué à une autre structure souterraine. Ce bunker était équipé avec quelques “booby traps” au cas où les Allemands ont été attaqués par forces ennemies. Le seul corridor ont des trous dans les murs qui ressemblent d’espace de ventilation, mais ces trous étaient juste des tunnels du haut vers la base du mur et si un violateur a essayait de jeter une grenade dans les trous, elle retourne au pied.

Après la tournée, Kelsie et moi avons rentré le musée pour finir les expositions. À la fin, il y a eu un petit filme que nous a fait émotionnelles.

Nous sommes très fières d’être canadiennes.

Une photo des soldats qui ont été entraîner à Camp Borden, une base militaire où j'ai travaillé quand j'étais à l'école secondaire.

Une photo des soldats qui ont été entraîner à Camp Borden, une base militaire où j’ai travaillé quand j’étais à l’école secondaire.

Les plages

Les plages

Kelsie et moi mangeons les bonbons d'érable!

Kelsie et moi mangeons les bonbons d’érable!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *