Mes chers amis de Gatineau, J’espère que vous lirez en entier cette lettre que je vous adresse. Si vous la lisez, c’est probablement parce que vous êtes au courant que je ne reviendrai pas dans la région de la capitale cet été. Vous avez probablement pleuré, vous m’avez sûrement qualifiée de traître et vous avez assurément songé à me renier. Je sais qu’un été sans moi sera une rude épreuve. Mais vous voyez, j’ai eu l’occasion de travailler sur campus, ici à l’Université Laurentienne, que j’ai saisie sans hésitation. Je travaillerai au Bureau des affaires francophones (BAF), dont son mandat est entre autres de promouvoir le français sur le campus.

1488658_10152606332445200_1307579968_nCe qui est bien avec la Laurentienne, c’est qu’il y a de nombreux emplois enrichissants disponibles pendant l’été. Je suis ravie d’avoir ce poste parce que j’aurai un impact réel et positif sur mon environnement : la vie étudiante à la Laurentienne.

Je pourrai réaliser des projets que je concevrai moi-même ou en équipe. Je mettrai à l’œuvre mes idées, mes talents et ma créativité. Je découvrirai aussi Sudbury sous les rayons de l’été. Quoi de mieux?

Sur ce, j’espère que vous me pardonnerez. Pis aussi, rien ne vous empêche de venir découvrir Sudbury, tsé

Cordialement,

Sophia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *